Témoignages

 

Au détour d'une rue de votre commune, de votre quartier, d'un café,

vous avez un jour, croisé un éducateur de rue...

que vous souvenez-vous de cette rencontre ?

Etiez-vous encore à l'école, en recherche d'une voie à suivre, ou parent d'un adolescent ?

Quels sentiments, impressions a laissé cette période de votre vie dans vos souvenirs ?

Quel chemin avez-vous parcouru depuis ?

Donnez nous de vos nouvelles et partagez votre expérience de vie

en utilisant ce formulaire

n'oubliez pas de lire et de respecter la Charte du contributeur

 

 

Dans ton parcours, tu as eu à te démener de choses lourdes

 

Il faut en vouloir, c’est à toi de choisir, de dire stop. Mais moi, j’ai eu maintes et maintes occasions, c’est pas qu’une ou 2 fois...


J’étais toxicomane, je suis sorti de la toxicomanie, pour rentrer dans l’alcool. Et là l’alcool, j’y suis resté aussi un bon bout de temps.
Et avec l’alcool, c’était alcool-prison, prison-alcool.

Te souviens-tu de ta première rencontre avec un éducateur de l’AJHaG ?


Depuis tout à l’heure j’essaye de me rappeler, je me rappelle pas, y’avait le local où déjà ? Rue Colette à Palmer

Oui, dans l’ancienne école maternelle, c’est là que vous étiez. Moi le grand souvenir que j’ai, moi au début de l’AJHaG, c’est le ski avec Carole, quand on est parti à plusieurs du Grand Pavois, pendant quelques jours à la montagne. Ça c’est un grand moment pour moi. C’est la première fois qu’on partait entre potes, 1ère fois la neige, 1ère fois que l’on dormait hors du quartier, 1ère fois ensemble dans un chalet.

 

Sinon, moi, dès que j’avais besoin d’un renseignement, de n’importe quel conseil, dès que j’avais un souci, un problème quelconque, je sais que j’allais voir ou « M » ou quelqu’un de l’AJHaG. En général, il y avait toujours quelqu’un pour me répondre, pour me donner la réponse que j’attendais ou qu’il fallait que j’entende.

Je me souviens...


J'ai rencontré des éducateurs à Lormont, j'ai pu connaitre Virginia, c'était vers 92-94, à peu près j'avais 22-23 ans. D'abord j'ai croisé Jean Marc, il m'avait demandé ce que je faisais dans la vie ; je lui ai expliqué ce que je voulais faire : je voulais travailler dans le domaine de la menuiserie, je travaillais déjà, mais je voulais me perfectionner un peu, je lui avais dit les difficultés que je rencontrais, c'est là qu'il m'a dit que vous aidiez justement les jeunes à se réinsérer.